dimanche 29 novembre 2009

UNCHARTED 2 AMONG THIEVES : Le syndrome du 2

La grosse production exclusive de fin d'année sur PlayStation 3 a bien des qualités que n'importe quel joueur saura sans aucun doute apprécier lui-même manette en main. Le consensus critique autour de cette suite étant cette fois total et indiscutable, rien ne sert de rallier la foule pour dire la même chose. Il reste toujours de la place pour la critique. Dans une longue conversation à distance, Eric et Bliss se penchent sur une expérience pas tout à fait vécue de la même façon…


Bliss : Puisqu’on arrive après la tempête, que tout le monde s’entend pour dire qu’Uncharted 2 est génial et que nous allons le dire aussi, il me semble nécessaire d’émettre quelques remarques critiques. Un regret qui s’adresse autant à l’industrie du jeu vidéo dans son ensemble qu’au public gamer. A quelques exceptions près, tout le système fait preuve d’une quasi incapacité à reconnaître une réussite au premier jet. Il faut une suite pour vraiment rallier tous les suffrages. Et c’est ce qui arrive à Uncharted 2, salué timidement en 2007 et tout à coup devenu révélation au 2e épisode. Un syndrome assez proche du cinéma d’ailleurs où les numéros 2 et les suivants font généralement bien mieux techniquement et commercialement que le premier épisode, même quand celui-ci est un succès. C’est un phénomène de masse assez désagréable où l’ajout du chiffre 2 conforte le public et même, dans la presse jeu vidéo, la critique installée. Les ventes de de Modern Warfare 2 et Assassin's Creed II dépassant de très loin celles de leurs premiers épisodes confirment, hélas, à nouveau cet embarrassant systématisme.

Tout ça pour dire que Uncharted 2 est vraiment bien et que c’est la moindre des choses puisque le premier Uncharted était déjà génial. Du touché minutieux à l’exploration presque libre, des gunfights aux corps à corps au ralenti, des escalades à la Tomb Raider, des cascades à la Pitfall, des courses-poursuites en véhicules et, bien sûr, les super crédibles scènes d’acting parfaitement glissées entre les phases de gameplay, tout y était. C’est pour remettre tout cela en mémoire que j’ai justement publié nos avis sur le premier jeu en 2007 et notamment la liste des best of auxquels Uncharted Drake’s Fortune pouvait prétendre. Ce deuxième Uncharted semble cette fois faire vraiment le consensus critique et commercial, tant mieux, mais le jeu ne fait que jouer la surenchère technique du premier, ce qui est logique et attendu.


Eric : C'est logique et attendu mais, en même temps, on sent dans terme "surenchère technique" une connotation légèrement péjorative, l'idée que le nouveau jeu est simplement "le même en plus spectaculaire" et que, quelque part, il ne mérite pas la même attention qu'une suite introduisant des éléments de gameplay supplémentaires. Ce qui est intéressant avec Uncharted 2, pourtant, c'est la capacité de Naughty Dog à tirer parti de la technologie pour créer des situations inédites. La fantastique séquence du train, par exemple, injecte de nouveaux challenges et impose au joueur de repenser temporairement la partie plateformes du gameplay. L'attaque de l'hélicoptère culminant en la dégringolade d'un bâtiment entier met le joueur face à un challenge certes bref mais complètement différent de ce qu'il a pu rencontrer jusqu'alors. Loin de n'être qu'un simple cracheur de polygones, le studio affiche un talent rare : il sait mettre la technologie au service direct de l'expérience plutôt que de se contenter d'embellir des arrière-plans et des décors (ce que Naughty Dog fait cependant aussi avec grand talent). En poussant le raisonnement encore plus loin, on peut même voir dans Uncharted 2 le premier jeu parvenant enfin à concrétiser pleinement la "vision" PS3 : une machine démontrant que la technologie est indissociable de l'expérience, dont la puissance permettrait de brouiller les pistes entre spectacle et interactivité, cinéma et jeu vidéo.


Bliss : Bien sûr, et, encore une fois, heureusement. Et, en effet, Naughty Dog devient un des studios qui réussit le mieux cette fusion des outils technos et artistiques à la disposition du jeu vidéo. Même si cela reste encore du collage, du "mashup", et que les séquences cinématiques, d'acting donc, se contentent de raccrocher les wagons d'un scénario totalement abracadabrant et ne faisant rien d'autres que donner le prétexte de zapper d'une séquence d'action à l'autre, d'un pays à l'autre. En évitant de tomber dans le blasé mais en gardant un certain degré d'exigence et d'ambition pour le jeu vidéo, les qualités de ce Uncharted 2 me réjouissent mais ne me surprennent pas parce qu’en jouant le premier jeu, le joueur y apprenait implicitement que l’accomplissement technique et artistique du studio Naughty Dog sur PlayStation 3 était tel que n’importe quel autre projet, suite ou autre création, ne pouvait être que égal ou supérieur à ce premier exemple. Je reproche le retard à l’allumage du public, et de la presse la plupart du temps, qui se méfie d’un premier titre pour se ruer et crier au génie sur la suite parce qu'il débouche sur toute une logistique commerciale de bégaiement. Alors que, dans une certaine conception de la création artistique à laquelle appartient sans aucun doute les meilleurs jeux, et donc Uncharted, une « suite » n’est jamais que l'écho d'une première œuvre. Même lorsqu’il s’agit de divertissement haut de gamme. J’entends bien que les technologies liées au jeu vidéo encouragent un amortissement budgétaire sur plusieurs épisodes mais cette raison industrielle alimentée par les besoins marketings n’a aucune raison d’être encouragée par la critique et le public à priori non concernés par les coulisses de la fabrication.

C’est ce phénomène du « syndrome du 2 » que je dénonce ici et qui va coûter la vie à un certain nombre de créations originales d’Electronic Arts comme Mirror’s Edge qui n’auront peut-être pas la chance de profiter d’un second round au box office. Je prédis ainsi sans gros effort que cette latence du marché qui freine les créations originales au profit d'un flot de suites se répercutera sur la suite d’inFAMOUS. Le premier jeu sorti cette année est absolument admirable sous tous rapports, porte en lui un vrai génie créatif du jeu vidéo, est fignolé comme un projet accouché dans l’amour pendant des années. Et si les critiques sont bonnes et les ventes sans doute convenables, personne n’a affirmé qu'il s'agissait d'un jeu vraiment "important", qui aura, par exemple, une influence sur les autres développeurs de jeu. Quand inFAMOUS 2 arrivera inévitablement, les superlatifs seront lâchés pour de bon et le marché hurlera sans doute, avec un train de retard, au génie. Je ne défends pas ici une extralucidité qui n’en n’est pas une, mais je souffre de la paresse généralisée qui encourage à la facilité un médium qui peut faire bien mieux. S’il est maintenu comme annoncé, je ne me remets pas encore du 2 derrière le prochain Super Mario Galaxy. Une facilité marketing que Nintendo avait jusque là contourné à coups de jeux concepts. Le marché et sa vision à deux temps semblent avoir gagné.


Eric : Je suis d'accord pour dire qu'il y a souvent des cas où une suite rencontre plus de succès que l'original. En revanche, je trouve assez injuste de mettre systématiquement le phénomène sur le dos d'une critique ou d'un public joueur frileux. N'y ayant pas joué depuis sa sortie en 2007, je n'ai que très peu de souvenirs d’Uncharted (ce qui, en soi, en dit probablement long). Mais la description que j'en faisais dans un article de l'époque – soit un titre sympathique mais un peu dispensable – me semble coller. Si le second volet fait à ce point l'unanimité, j'aime à penser que c'est tout simplement parce qu'il s'agit d'un meilleur jeu, phénomène relativement naturel quand on y pense. Combien de premiers jets ont finalement été qualifiés de "brouillon" quand la suite est sortie (c'est encore le cas tout récemment d'Assassin's Creed, dans une critique du numéro deux rédigée par Joystiq) ? Puisque les studios démarrent le développement de la seconde version avec l'expérience et le savoir faire que leur a procuré le développement de la première, n'est-il pas logique de constater une différence qualitative entre les deux, différence pouvant parfois être assez significative pour recueillir – peut-être tardivement, comme tu l'estimes – le plébiscite critique et public ? Dans le cas d'Uncharted 2, il me semble que Naughty Dog réussit beaucoup mieux à concrétiser des ambitions certes déjà présentes dans le premier volet : une expérience cinématique inspirée du grand film d'aventures, un jeu mélangeant harmonieusement exploration, résolution d’énigmes, plateformes et action. Non pas que le premier était déméritant puisque, comme tu le dis, tous les composants de base étaient là ; mais le studio les assemble désormais avec un sens du rythme beaucoup plus affuté, tu ne trouves pas ?


Bliss : Absolument. Pour un studio du niveau de Naughty Dog, dont le travail qualitatif se vérifie de génération en génération, de Crash Bandicoot sur PSone à Jak and Daxter sur PS2, puis Uncharted sur PS3, le progrès d'une suite à l'autre n'est pas que technique. Tous les postes en profitent. Le sens du rythme narratif se retrouve dans la construction en flash-back d'Uncharted 2 par exemple. Le jeu démarre mystérieusement sur une séquence ultra spectaculaire avant de remonter les évènements ayant conduit à cet instant, à la façon du film Mission Impossible III de J.J. Abrams. Un procédé emprunté au cinéma lui-même venu des séries TV qui fonctionne très bien dans le genre "serial" où évolue Uncharted. Gageons que cette méthode trouvera des émules dans le jeu vidéo. Par contre je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'idée de "premier jeu brouillon" qui ne serait que la répétition maladroite du jeu n°2 qui aurait toutes les qualités seulement esquissées dans le premier. Probablement vrai dans certaines productions mal produites et sans le sou, cela ne s'applique pas à Uncharted. Naughty Dog a travaillé des années sur le premier Uncharted. Le studio aurait même dû être en première ligne pour représenter la PS3 à son lancement. Sony a eu l'intelligence de laisser le temps au temps et Naughty Dog a pris celui nécessaire pour maîtriser la PS3 et développer son jeu dans les moindres détails. Il y a dans Uncharted 2 des petites approximations de collision, de distance (Nathan s'accroupit pour ramasser des munitions à 3 mètres de lui), des raccourcis grossiers de pathfinding du 2e personnage non contrôlable et même un gros bug d'affichage (Nathan passe à travers le décor brusquement inexistant) croisé par accident qui n'existaient pas dans le premier Uncharted. Probablement grâce à une période de débogage originale beaucoup plus longue que celle qui sépare les 2 années entre les 2 jeux. Et, évidemment, moins de séquences aussi complexes. En terme de gameplay, le touché du premier jeu était parfait. Les gunfights avaient déjà toute leur précision, de même que les phases d'acrobaties. Je considère par exemple une déception que la possibilité de se balancer au bout d'une corde soit aussi raide et limitée dans Uncharted 2 que dans le premier alors qu'elle devrait désormais faire partie des aptitudes de base du héros. D'après ce que je peux remarquer, ce sont les bagarres au corps à corps qui ont subit l'amélioration la plus sensible du gameplay original. Ralentis, richesses des gestuelles, anticipation des intentions du joueur, l'effet cinétique et sensoriel de ces échanges de coup de poings - très proches de ce que fait à répétition Batman dans Arkham Asylum – se vivent et se jouent de manières d'autant plus agréables qu'elles restent occasionnelles, voire facultatives. En plus, il semble y avoir un nombre assez déroutant d'animations liées à ces corps à corps. Je me suis vu en train d'accomplir une chorégraphie totalement inédite de coup de poings/coup de pieds dans la dernière partie du jeu ! Tu remarques d'autres franches améliorations du gameplay à part l'évidente intelligence des situations spatiales, de l'architecture des niveaux ?


Éric : Mis à part ce que tu cites déjà, je n'ai pas été noté l'introduction d'éléments de gameplay radicalement différents par rapport à la première version. Ce qui, quand on y pense, est tout à l'honneur de Naughty Dog. Je lisais il y a quelques semaines un excellent article à propos du "minimalisme d'Uncharted 2", presque un titre clin d'œil vu le tour de force technique que représente le jeu. Mais si effectivement les développeurs semblent complètement se lâcher côté visuels et sons, le mot d'ordre semble avoir été less is more pour le gameplay. Pas de séquence RTS, de skill tree, d'inventaire extravagant à gérer… On sent que Naughty Dog a démarré avec une idée extrêmement claire du concept et, durant le développement, a pris garde de ne pas s'éparpiller ou bien de compromettre inutilement cette vision, une rigueur et une discipline rare (aux antipodes d'un Brütal Legend, pour ne citer que lui) qui a laissé aux designers le temps de peaufiner chaque élément jusqu'à la quasi-perfection. Si Uncharted 2 démontre quelque chose, c'est d'abord la puissance du fameux polish.


Bliss : Comme dans le premier Uncharted, le son a une présence aussi remarquable que le visuel. J'adore toujours le bruit singulier de noisettes croquées au ramassage des munitions. Je le disais déjà pour le 1, ça rejoint le niveau culte de celui des recharges de Half-Life. La partition musicale, éminemment cinématographique, pique beaucoup d'accords à droite à gauche au cinéma. Un best off émotionnel surjouant la dramatisation de certaines séquences qui n'en méritent pas tant en terme de situations. En fait, cela réveil en nous des conditionnements émotionnels liés à l'utilisation de la musique au cinéma mais, dans l'absolu narratif, vu l'absurde de chaque scène, la réalisation en fait beaucoup trop. En même temps, manette en mains, essoufflé après telle ou telle séquence spectaculaire, on a tellement envie d'y croire jusqu'au bout qu'on finit par accepter ces outrances grossières.


Éric : Ce qui m'a surtout frappé de ce côté, c'est le menu d'options presque aussi détaillé que celui d'un disque Blu-Ray : piste 5.1 ou 7.1, son plus ou moins compressé… La possibilité de sélectionner la taille de son enceinte centrale est même présente. Ces détails n'intéresseront peut-être qu'une minorité de geeks, certes, mais cette irruption du home cinéma dans le monde du gaming confirme la volonté de Naughty Dog de faire d'Uncharted 2 une expérience cinématique à part entière – et, encore une fois, concrétise pleinement les ambitions hybrides ciné/jeu vidéo de Sony. Sans oublier la pure satisfaction que procure la dynamique incroyable de la bande-son, laquelle implique presque physiquement le joueur au sein de l'univers virtuel lorsqu'une explosion ou un glissement de terrain fait littéralement trembler son salon. Il est vrai que c'est parfois un peu sur-joué, mais le résultat reste cohérent vu le sujet : les créateurs ne visent pas la sélection cannoise mais les pulp fictions et le roman de gare. S'il faut reprocher quelque chose à Uncharted 2, c'est, comme tu l'as suggéré plus tôt, de se contenter une fois de plus (à l'instar d'une grande majorité de la production jeu vidéo blockbuster) des conventions archi-rabattues du cinéma de genre : science-fiction, fantasy, aventures, guerre, etc. Peut-être le médium n'est-il pas encore assez mûr, adolescent avide de bruit et de situations bigger than life afin de (se) prouver qu'il peut faire aussi extravagant que son modèle avoué ? Peut-être qu'une fois cette étape nécessaire franchie, une nouvelle production se dessinera, plus singulière et plus sophistiquée ? On ne peut que spéculer bien sûr mais si le ciné-jeu d'inspiration série B doit un jour tomber en désuétude, Uncharted 2 restera certainement comme l'un de ses représentants les plus mémorables.


Bliss : Et si nous donnions un exemple précis de scène réussie ? Car il faut bien l'avouer, si chaque petite portion interactive a rarement une grande originalité, l'enchaînement des instants de jeu capables de passer du plus petit événement au plus grand pour créer une longue et haletante séquence a quelque chose d'unique. Un peu forcé dans l'ensemble, je trouve, le chapitre d'infiltration dans un palais oriental a des faiblesses (les gardes ont une vision courte en cône à la MGS, les boitiers de déverrouillage des portes sont quasiment au-dessus des grilles… !) que l'on ne retrouve pas vraiment ailleurs. Une longue séquence sur le toit d'un train en marche notamment laisse des traces. A tel point que sa conclusion apparaît au début du jeu avant d'être rejouée plus tard dans son intégralité. J'y ai particulièrement apprécié le fait que le décor change pendant le long trajet pour vraiment conduire quelque part. On part de la jungle pour finir dans les montagnes enneigées avec une cohérence géographique faisant bien illusion. Surtout sans interruption. Et puis bien sûr, joué dans la profondeur de l'écran plutôt qu'en scrolling latéral, l'exercice classique de sauts de wagons en wagons renouvelle la chose tout en envoyant bien des clins d'œil. Notamment au cinéma, les westerns habituels mais aussi le long périple dans la neige de l'excellent Runaway Train de Konchalovsky (1985). Une bagarre aux coups de poing sur le toit d'un train en marche ça marche toujours. Surtout quand il faut baisser la tête ou se suspendre in extremis sur le côté des wagons pour éviter les obstacles. La séquence enchaîne toutes sortes de micros actions avec une approche physique presque toujours inédite et spectaculaire qui fait qu'on y croit à chaque instant. Y compris des passages et des échanges de coups de feu et de poings à l'intérieur des wagons, des tirs au sniper alors que le train s'engage sur un parcours sinueux rendant les cibles fuyantes… Très malin à plusieurs niveaux, le clou du show où Nathan, toujours entrainé par le train fou, doit éliminer un hélico qui le canarde à distance, apporte la preuve tangible que le paysage traversé depuis des kilomètres a une véritable existence spatiale et ne se réduit pas à un trompe l'oeil. Mine de rien, cela valide tout le trajet et ses péripéties.


Éric : Je garde particulièrement en mémoire (comme beaucoup de joueurs, probablement) l'attaque de l'hélicoptère durant l'exploration des immeubles du chapitre six, pour le spectaculaire bien sûr mais aussi parce qu'elle me semble illustrer à la perfection une partie de l'approche adoptée par Naughty Dog. On a déjà parlé de rythme pour qualifier Uncharted 2 et s'il est effectivement important de savoir l'établir, il est également crucial de savoir quand le brutaliser. Dès les premières minutes, l'imprévu est là : les tuyaux plient et se tordent, les lianes cassent, la pierre sur laquelle on avait prise s'effrite… Constamment, le jeu semble montrer la voie et présenter "la" solution avant d'atomiser celle-ci d'une manière ou d'autre, déjouant les attentes et forçant à repenser immédiatement sa stratégie. On pourra donc voir dans l'irruption de cet hélicoptère la manifestation presque littérale du designer sadique bombardant ses propres niveaux afin de saboter les projets du joueur. On pourra aussi y voir une séquence action à la construction exemplaire : un puzzle plateforme à priori simple voit son rythme inexorablement accélérer alors que les roquettes fusent et que les murs s'écroulent. Un crescendo destructeur qui atteindra son paroxysme avec l'effondrement d'un étage entier, tour de force technique présentant le challenge ultime : quelques secondes seulement pour prendre la bonne décision – ou mourir.

5 commentaires:

Nickywan a dit…

Ouh là, quel article !
Vous avez su décrire exactement toutes les critiques bonnes ou mauvaises ainsi que les mécanismes employés pour que l'expérience de jeu soit entière.
Il est clair que Uncharted 2 est proche d'une expérience cinématographique. Il y a fort longtemps que j'attendais un jeu de ce type car d'autre jeu le suggérait ou exagérait tout simplement cet effet.
Votre première constation sur le fait que le premier jet soit un "brouillon" ou une base, est vraie.
Ça fait partie du processus de création artistique, l'univers doit être créé avant les planètes et les hommes (nous ne parlons pas là du principe anthropique fort), le surréalisme n'existerait sans doute pas sans le cubisme.
La découverte en elle même apporte un lot d'émotions où l'expérience de jeu ne prime pas réellement.
Le deuxième jet est réussi s'il apporte une somme d'émotions au moins égale à la découverte , l'expérience prime à ce niveau.
Nous allons pas spéculer sur le succès critique d'un troisième épisode qui devra relever un challenge considérable (voire innatteignable) pour égaler le potentiel d'émotivité des deux premiers épisodes.
Cependant les suites auront toujours leur place pour les nouveaux acheteurs, ceux qui n'ont aucune expérience sur les précédents épisodes. Leur territoire émotif étant toujours vierge.
Ce territoire est souvent mis à l'épreuve et avec succès dès qu'il y a de l'interaction est humaine qui s'ajoute à l'expérience de jeux tel que le online ou tout simplement le jeux à plusieurs car l'expérience est très souvent différentes.
C'est pour cela que le jeu solo doit pousser l'expérience plus loin à chaque épisode.
Il y a une quantité de suites de films ou de jeux intrinsèquement et objectivement géniaux mais qui on eu a tort un succès critique et public mitigés. A cause des nos neurones qui agissent sans doute ici comme des fusibles.

emmanuel a dit…

Très bon article!

Il me semble que les jeux originaux marchaient bcp mieux avant. mario, sonic, final fight, resident evil, MGS... que des 1!

Concernant l'immaturité du JV, Je suis d'accord avec Eric, il n'y a qu'a attendre. Le fait qu'aujourd'hui, on dise que le JV est un média immature n'était pas vrai hier. C'est aussi le premier pas vers des productions plus profonde. Il était temps parce que je vieilli plus vite que le JV!

gludion a dit…

Adopter un point de vue "surplombant" sur la critique (en en dénonçant la "frilosité") mérite d'être salué, tant la reflexivité est rare dans le jeu vidéo, comme ailleurs.

Par contre, je me demande pourquoi les jeux décrits sur ce blog sont souvent des "grosses machines" (ou jouables sur des "grosses machines").
Bref..on peut pas dire que ça soit le royaume du risque ou du gameplay novateur. Plutot celui des N-emes itérations sur du FPS, STR et autres genres confortablement établis (ce qui en soi ne me pose aucun pb).

Mais quid des studios indépendants? des supports mobiles? des jeux flash ou web?
Combien de posts sur des gameplay novateurs?
(dsl je n'ai que les 30 derniers RSS, je suis arrivé sur le tard ;-))

Nickywan a dit…

@gludion
Dommage que tu n'aies pas connu l'ancien overgame, brutalement mort il y a quelque peu, qui faisait état et interpellait notre reflexion sur les petits jeux et ainsi que pleins d'autres sujets sur le jeu video.
Je regrette vraiment, comme beaucoup d'autres je pense, cette époque.
Heureusement que la ligne éditoriale a été conservée.
C'est ce genre de chose qui me font regretter de ne pas être un business angel.

naiké a dit…

@ Nickywan: +10 sur ton premier post.
Ton analyse sur les suite est exellent et l'image des neuronnes fusible et tres approprié.

Sinoon effectivement overgame fait la part belle aux jeux independant. Il n'y a qu'a voir tout les nekogame starship et autre jeux independent devoillé par le defun overgame, gageons que cela continura.